Évènements

La dernière homélie

La vie en clunisois

Le Fonds commun des journaux paroissiaux (les pages centrales) viennent compléter le journal…cette version n’a pas été corrigée.

Regards et prière pour préparer Pentecôte

Icône de la Pentecôte, Mont Athos

Voici une proposition pour préparer la fête de Pentecôte à partir de l’œuvre ci dessus.

Partage biblique par téléphone

Vous voudriez rester en contact avec d’autres chrétiens pendant ce temps de confinement ? La paroisse propose un partage biblique par téléphone sur les textes bibliques du jour ouvert à tous. Les « rencontres » sont les lundi et vendredi de 9hà 10h par conférence téléphonique gratuite accessible par téléphone fixe ou téléphone mobile. Pour recevoir le numéro d’appel et le code d’accès, merci d’appeler Anna au 06 67 18 56 25.

Un mot pour chaque jour à partir des lectures du jour par Pierre Fromageot

Mardi 26 mai. (AA 20, 17-27 et Jn 17, 1-11)

St Jean a bien su retraduire pour nous dans ce chapitre 17, ce qu’il a compris de la personne du Jésus. Après des siècles de vie d’Eglise, pourtant, avec les représentations qui nous ont été données, le risque est de ne retenir que la face divine de Jésus. Sa gloire, son côté lumineux, miraculeux, quitte à aller trop loin pour nous le montrer transparent, irréel. Nous faire oublier le Jésus qui donne sa vie, dépouillé, dans les souffrances de la croix.

Le passage des Actes d’aujourd’hui, pour la tonalité des paroles de Paul, peut aider à recevoir les paroles de Jean qui viennent du fond du cœur. Paul fait ses adieux aux responsables des Églises. ‘Je suis venu à vous, j’ai annoncé la Parole, nous avons mis ensemble notre foi en Jésus, l’envoyé du Père. Vous ne verrez plus mon visage. Je vous confie à la conduite de l’Esprit de Jésus.’ Et Jean écrit : « Père, je leur ai donné les paroles, ils les ont reçues, ils ont cru, je prie pour eux. »

Christ d’Autun

Lundi 25 mai. (Jn 16, 29-33)

Autour du Christ d’Autun et reprenant les évangiles de ce jour avec celui de samedi gardons ces paroles :

« Je suis venu dans le monde,

maintenant je quitte le monde.

Je pars vers le Père.

Courage.

Moi, je suis vainqueur du monde. »

Cette victoire, cette gloire du Christ représentée ici, c’est bien celle du même Jésus qui nous accompagne, lui le vainqueur du mal qui nous habite et qui nous donne son Esprit de lumière.

Samedi 23 mai. (Jn, 23-28)

À nouveau  dans la sélection de ce jour, Jésus promet la joie. Quelle joie ? Celle de se trouver dans un réseau invisible de relations qui ne repose sur rien de connu. Qui ne viendrait pas de notre intelligence créative. Dont Jésus est le centre. Il établit tous les liens. Et à notre bénéfice pour le don de la joie ‘parfaite’. Joie de la confiance dans ce réseau et son fonctionnement. Les disciples des Actes des Apôtres diront qu’il s’agit de l’Esprit Saint. Ce réseau ne s’est pas éteint depuis la première Pentecôte, il fonctionne, et bien. …  Si … nous voulons établir la connexion. Mais pas la nôtre, à notre bénéfice. Mais celle du Christ, pour que vienne chez tous les humains ce que le Christ a voulu y mettre : nous aimer comme il nous a aimés. Et il ne s’agit pas d’un amour au rabais, il s’agit de l’amour du Père.

Vendredi 22 mai. (Jn 16, 20-23)

Tout au long de ces séquences d’évangile, Jean nous annonce le départ de Jésus, les séparations, la peine de se retrouver seuls. Ce qui finit par les questions que les disciples se posent, débattent entre eux pour en arriver à dire : Jésus, « nous ne savons pas de quoi il parle. » Ils n’arrivent pas à recevoir ce que Jésus annonce.

Alors en forme de réponse il leur dit : vous redoutez de rester seuls, d’avoir à faire l’effort de prendre vous mêmes des décisions pour vivre dans la logique de ce que nous avons vécu ensemble ! Je suis de nouveau avec vous.

À nous aussi Jésus propose d’inventer quand les habitudes ne sont plus possibles. Nous retrouver pour prier, pour partager la Parole, pour constituer une communauté d’Église, pour les secours à apporter, participer à organiser la vie de la cité, réguler les charges du travail. …. C’est bien une peine. Mais quelle joie de s’être donné pour que d’autres revivent. C’est là une preuve d’être sur le bon chemin que le Christ suit avec nous.

Mercredi 20 mai. (Jn 16, 12-15)

Les disciples, dans l’état de tristesse où ils se trouvent, sont empêchés de voir clair sur le sens des événements qu’ils vivent avec Jésus.

C’est vrai aussi pour nous dans l’épreuve du Covid 19. Quand Jésus promet l’Esprit, à nous aussi il ouvre un avenir. Voir clair maintenant pour prendre les décisions d’avenir, au lieu d’attendre que le futur nous les impose. Comme pour les disciples, le bon choix sera de s’appuyer sur ce que Jésus a dit, a fait. Sur l’échange, la prière. Sans copier le passé, organiser le présent en tenant compte des circonstances, des personnes, des lumières et des ombres de l’époque : trésors des dévouement, appels au partage, attention à chacun. Pour une Église plus fidèle.

Prière écrite par la conférence des évêques de Centre-Afrique

Le Père Elysée n’a pas pu rentré en France. Il est confiné dans son pays. Il nous a fait parvenir cette prière pour qu’elle soit aussi notre prière.